Colegio de la globalización 2014

logoDans le cadre de son partenariat avec Red Vanguardia, l’ESSEC et Goberna América Latina, l’Institut des Amériques (IdA) a participé activement à la première édition de l’école d’été « Colegio de la Globalización: Habilidades Negociadoras y Multilateralidad », promotion Enrique V. Iglesias.

Du 22 juin au 26 juillet, une trentaine d’étudiants et jeunes professionnels ibéroaméricains se rendront successivement en France, Espagne, Suisse et Belgique afin de découvrir et de comprendre le fonctionnement et les objectifs d’organismes internationaux, institutions politiques et académiques implantés en Europe.

Inauguration : rencontre exceptionnelle avec Enrique V. Iglesias

Le 23 juin, l’IdA a participé à l’organisation d’une table ronde à la Maison de l’Amérique Latine en honneur de Enrique V. Iglesias, avec Alain Rouquié, Président de la Maison de l’Amérique Latine ; Agustín García López Loaeza, Ambassadeur du Mexique en France ; Maryse Bossière, Directrice des Amériques et des Caraïbes au Ministère des Affaires étrangères et du Développement international ; Gaston T. Melo Medina, Président de la Red Vanguardia et enfin Carlos Quenan, Vice-Président de l’Institut des Amériques.

Cette table ronde a été l’occasion de retracer la trajectoire professionnelle d’Enrique Iglesias, tout comme son engagement en faveur de la relation stratégique entre l’Europe et l’Amérique latine. Ce fut également pour les élèves de cette école d’été d’échanger avec lui sur des sujets divers comme le rôle de l’éducation pour le progrès de la région, les modèles économiques en place, l’intégration régionale, ou encore la corruption en Amérique latine.

Programme: PROGRAMA CEREMONIA INAUGURACION 

Conférence à l’IHEAL

Le 25 juin à l’IHEAL, les participants du Colegio de la Globalización ont assisté à une conférence avec Sébastien Velut, Directeur de l’IHEAL et du CREDA et Morgane Richard, Chargée de mission relations internationales de l’IdA. Cette séance a permis de présenter et d’échanger sur les programmes de formation et de recherche en sciences humaines et sociales sur l’Amérique latine dispensés par l’IHEAL, ainsi que sur la coopération internationale universitaire et scientifique menée par l’IdA, notamment sur son partenariat stratégique avec la Fondation EU-LAC et sur le développement de l’espace euro-latino-américain d’enseignement supérieur, recherche et innovation.

Programme: Programa IHEAL-IdA 25 junio

Publié dans -

La coupe des brésiliens?

Pour en savoir plus…

leelaLES ECONOMIES EMERGENTES LATINO-AMERICAINES, ENTRE CIGALES ET FOURMIS, Pierre Salama 
‘Les économies émergentes latino-américaines, entre cigales et fourmis », la maison d’édition: Armand Colin, collection U;

Son objet: traiter des trajectoires et des problèmes économiques et sociaux des principaux pays latino-américains; la méthode choisie est comparative : ce que les économies latino américaines peuvent apprendre des pays d’Asie, principalement de la Chine et ce que nous, en Europe, nous pourrions apprendre du traitement de leur dette, de l’abandon de la souveraineté monétaire en Argentine, des inégalités de revenus et enfin de la désindustrialisation, dite précoce qui affecte les principaux pays latino-américains.

Plus d’info ici 

———————————————-

REVUES AUTRES BRESILS, Interview à Stéphane Monclaire 

SecondePartie-LaCoupeEstPleine-Monclaire-AutresBrésils

LaCoupeEstPleine-Monclaire-AutresBrésils-mai2014-PremièrePartie

Publié dans -

La Coupe du Monde de football au Brésil : sport, passion & politique du ballon rond

Pour en savoir plus…

L’AUTRE CONTINENT DU FOOTBALL

Cahiers IHEAL footAu sommaire :

Chronique

•Un demi-siècle de photographie latino-américaine à la Fondation Cartier pour l’art contemporain par Olivier Compagnon

Dossier
L’AUTRE CONTINENT DU FOOTBALL

•    Le continent du football par Fabien Archambault
•    Football à grand spectacle et identification de quartier à Buenos Aires par Julio D. Frydenberg
•    Le pouvoir hors-jeu?? Football et péronisme en Argentine (1946-1955)_ par Lucie Hémeury
•    Le métier de footballeur?: origines, ascension sociale et condition des joueurs brésiliens des années 1950 à 1970 par Clément Astruc
•    Carrières et engagement au sein d’un groupe de supporters de foot en Équateur. Quand l’apprentissage de comportements déviants se transforme en facteur d’intégration sociale par Guillaume Fleury
•    Salve a Seleção?! Les villes brésiliennes et la Coupe du monde de football 2014 – entretien avec João Sette Whitaker Ferreira

Études
•    Los intelectuales públicos y el Frente Sandinista en Nicaragua: presencia, desencuentros y actualidad (1990-2012) par Héctor Cruz Feliciano et Armando Chaguaceda
•    Immigrants nationaux?: vers une nouvelle approche des flux migratoires ruraux. Brésil, 1900-1930_161 par Patricia Sampaio Silva

Lectures

  • Marie-France Labrecque, Féminicides et impunité. Le cas de Ciudad Juárez par Chiara Calzolaio
  • Richard Price, Peuple Saramaka contre État du Suriname. Combat pour la forêt et les droits de l’homme par Odile Hoffmann
  • Robert Castel, Gabriel Kessler, Denis Merklen et Numa Murard, Individuación, precariedad, inseguridad. ¿Desinstitucionalización del presente? par Alicia Rinaldy
  • Gustavo A. Flores-Macías, After Neoliberalism? The Left and Economic Reforms in Latin America par Soraya Hamdaoui

Auteurs

Publié avec le concours du Centre national de la recherche scientifique [CNRS]
Pour vous le procurer : www.ladocumentationfrancaise.fr

Responsable éditoriale des Éditions de l’IHEAL-CREDA:
Anne-Solweig Gremillet : anne-solweig.gremillet@univ-paris3.fr

————————————–

GÉOPOLITIQUE DU SPORT, Pascal Boniface

bonifaceLe sport, aujourd’hui, c’est bien plus que du sport. A quelques jours du mondial de Football au Brésil, Pascal Boniface décrypte dans son ouvrage les enjeux géopolitiques du sport devenu un élément essentiel de rayonnement et de puissance pour les États.

Malraux avait tort. Le XXIe siècle ne sera pas religieux avant tout : il sera sportif. Nous sommes entrés dans l’ère du sport mondialisé. Le sport est devenu le nouveau terrain d’affrontement – pacifique et régulé – des États. C’est la façon la plus visible de montrer le drapeau, d’être un point sur la carte du monde et d’exister aux yeux de tous.Lorsque la globalisation efface les identités nationales, le sport devient le moyen le plus efficace pour ressouder la nation, autour d’un projet commun et fédérateur. Dans ce « village global » qu’est devenue la planète, les champions sont les habitants les plus connus et les plus populaires. Tout le monde a entendu parler d’Usain Bolt ou de Cristiano Ronaldo. Qui connaît le nom du Premier ministre jamaïcain ou portugais ? Qui se souvient du nom du président du Brésil en 1970 ? Celui de Pelé est gravé à tout jamais dans les mémoires.Le sport aujourd’hui c’est donc plus que du sport. C’est de l’émotion, des sensations, des moments de désespoir, de joie, de fraternité, etc., mais aussi de la géopolitique, de la puissance en version « soft ». Bref, un élément essentiel de rayonnement pour un État.

Pascal Boniface, directeur de l’IRIS (Institut de relations internationales et stratégiques) est enseignant à l’Institut d’études européennes de l’université Paris-VIII. Il développe depuis près de vingt ans une théorie géopolitique du sport.

——————————————

ÉLOGE DE L’ESQUIVE, Olivier Guez

photo 1photo 2

Publié dans -